De(s) Contractions – Saison 5 Semaine 1

Média :
Image :
Texte :

Chaque semaine, un hypokhâgneux, du groupe de grec confirmé (ils se font rares…) ou du groupe des débutants (ils sont un peu plus nombreux…) vous livre ses impressions, et rien que ses impressions, sur les déclinaisons, les conjugaisons, le vocabulaire et la syntaxe…en toute décontraction !

Les verbes contractes

                              Voilà quelques semaines nous nous lançâmes dans l'aventure
                              Désireux d'apprendre et de construire notre culture
                              Ambitieux de devenir les auteurs de demain
                              Nous entrâmes tous dans la classe de grec ancien
                              Naviguant sur la langue, notre propre Odyssée
                              Tels les argonautes explorant l'Antiquité
                              Sous la splendide tutelle de Monsieur Pélissier
                              Nous apprîmes bien vite les lettres de l'alphabet 
                              Les esprits nous hantèrent, autant que le datif
                              Puis les conjugaisons du moyen et passif
                              Ayant vaincu les cas et les déclinaisons
                              Ayant acquis les verbes et l'accentuation
                              Nous pensions déjà pouvoir traduire Platon
                              Mais les verbes contractes brisèrent nos illusions
                              Damne ! La contraction de ces maudites consonnes !
                              Un poison, un coup du sort, notre pharmakon
                              Alpha et Omicron ensemble font Omega
                              Prendre garde à ne pas négliger nos accents !
                              Face à ça la moitié des élèves s'offusqua
                              Et puis l'autre moitié s'enfuit en détalant. 
                              Heureusement notre bien dévoué professeur
                              Du grec connaissant tous les étranges rouages
                              De nos mines effarées élimina la peur
                              Décuplant notre amour pour ce divin langage.
                              Cependant, pour rendre la chose encore plus drôle 
                              Pour tester nos limites et devenir les meilleurs
                              Notre cher professeur planifia un contrôle
                              Nous fûmes, vous vous en doutez, comblés de bonheur
                              Il est temps maintenant de conclure ce poème
                              Bien qu'il soit digne de Verlaine ou de Rimbaud 
                              Pour le déléguer dès la semaine prochaine 
                              À la plume experte de Christophe Ribot.

Nous vous disons « pchitt » et à la semaine prochaine !

Madeline, H812

Dans la même chronique