Anthologie - La rose centifolia

Après le laurier, chanté par Ovide dans la dernière Chronique anachronique, La Vie des Classiques vous propose aujourd’hui de sentir un autre végétal du passé. Et s’il est vrai que « les Romains ne connaissaient, parmi les plantes du jardin, qu’un très petit nombre de fleurs coronaires », comme l’écrit Pline l’Ancien dans son Histoire naturelle (XXI, 10, 14 sqq.), la rose ne leur était pas inconnue, et plusieurs espèces fleurissaient dans leurs jardins. C’est ainsi que Luxorius, poète africain du VIe siècle ap. J.-C., célèbre la luminosité et la couleur d’une rose tout à fait particulière, la rose centifolia, « aux cent pétales », dans une épigramme de l’Anthologie Latine, que nous vous proposons de lire.

 

366
De laude rosae centumfoliae

 

Hanc, puto, de proprio tinxit Sol aureus ortu

     aut unum ex radiis maluit esse suis.

Sed si etiam centum foliis rosa Cypridos extat,

     fluxit in hanc omni sanguine tota Venus.

haec florum sidus, haec Lucifer almus in agris,

     huic odor et color est dignus honore poli.

366
Éloge de la rose aux cent pétales

 

Le soleil d’or, je crois, lui a donné la teinte de son propre lever,

ou plutôt il a voulu qu’elle soit un de ses rayons.

Mais si la rose aux cent pétales appartient aussi à Cypris,

Vénus entière est passée avec tout son sang en elle.

Elle est l’astre des fleurs, elle est la bienfaisante étoile du matin dans les champs,

son parfum et sa couleur méritent l’honneur du ciel.

 

Luxorius, in Anthologie latine, 366
In Épigrammes latines de l’Afrique vandale
Coll. Fragments., Les Belles Lettres
trad. Etienne Wolff

 

                    


Dernières chroniques

21 Septembre 2021
Dans la lignée de la très belle chronique Artémis Adorée, dernière en date de Miroir, mon beau miroir, La Vie des Classiques vous propose aujourd’hui (...)
08 Septembre 2021
Le précédent Trésor de Persée a mis en avant un très bel article de Véronique Boudon-Millot sur la « fortune exceptionnelle d’un adage pseudo- (...)