Anthologie - Une épigramme de Martial

A l'occasion de la parution d'une nouvelle traduction des Epigrammes de Martial par Sophie Malick-Prunier, voici la première épigramme du volume en latin pour les plus courageux qui voudraient s'entraîner à traduire. Comme nous sommes plutôt sympas, la traduction française vous est offerte juste en-dessous. 

Barbara pyramidum sileat miracula Memphis,
Assyrius iactet nec Babylona labor ;
nec Triuiae templo molles laudentur Iones,
dissimulet Delon cornibus ara frequens ;
aëre nec uacuo pendentia Mausolea 
laudibus inmodicis Cares in astra ferant.
Omnis Caesareo cedit labor Amphitheatro,
unum pro cunctis fama loquetur opus.

 

 

 

 

Traduction : 

Que la barbare Memphis taise le prodige des pyramides,
que le labeur assyrien ne se rengorge pas de Babylone,
et que des langoureux Ioniens le temple de Trivia ne fasse pas la gloire ;
que l’autel aux mille cornes ne dise mot de Delos
et que les immodérées louanges des Cariens ne portent pas aux nues
le Mausolée suspendu dans le vide des airs.
Nul labeur qui ne cède devant l’amphithéâtre6 de César :
la renommée parlera d’un seul ouvrage en lieu et place de tous.
 


Dernières chroniques

21 Septembre 2021
Dans la lignée de la très belle chronique Artémis Adorée, dernière en date de Miroir, mon beau miroir, La Vie des Classiques vous propose aujourd’hui (...)
08 Septembre 2021
Le précédent Trésor de Persée a mis en avant un très bel article de Véronique Boudon-Millot sur la « fortune exceptionnelle d’un adage pseudo- (...)