[AVENT 2021] Jour 6 - Anthologie grecque

Touchez, goûtez, voyez, entendez, quelle sera la surprise classique de la journée ?
Du 1er au 24 décembre, retrouvez chaque jour un extrait des Classiques, à lire et/ou à écouter !

 

FURTIVES OEILLADES ET MURMURES CÂLINS

Un coup d’oeil, rapide ou appuyé, est un baiser chaste. Paul le Silentiaire le regrette et, à tout prendre, préférerait être un petit moustique pour vrombir au creux de l’oreille de sa bien-aimée. Cultivant le détail selon le goût de la poésie alexandrine, ces deux épigrammes sont aussi gracieuses que piquantes.

 

DE PAUL LE SILENTIAIRE
Jusques à quand, cachant nos regards enflammés, nous lancerons-nous l’un à l’autre de furtives oeillades ? Déclarons ouvertement notre tourment, et si quelqu’un s’oppose au lien des étreintes où s’oublient les peines, une épée sera pour tous deux le remède: il est plus doux de posséder en commun pour toujours ou la vie ou la mort.

 

DE MÉLÉAGRE
Prends-moi ton vol, cousin, sois mon rapide messager et, effleurant à peine l’oreille de Zénophila, murmure-lui ces mots: « Il ne dort pas, lui, il t’attend ; et toi, oublieuse de ceux qui t’aiment, tu dors ! » Hop, vole ; allons, musicien, vole. Mais parle-lui tout bas de peur de réveiller aussi son compagnon de lit, dont tu déchaînerais à mon sujet le jaloux ressentiment. Si tu m’amènes ma petite amie, je te ceindrai d’une peau de lion, cousin, et te donnerai à la main une massue à porter.

 

Épigrammes, V, 221 et 152,
C.U.F., Les Belles Lettres,
trad. Pierre Waltz

 

 

 

 

 

 

                    


Dernières chroniques

05 Janvier 2022
Suite à la parution de l'ouvrage Bibliothèque idéale des mets et des mots et de l'entretien gourmand avec Catherine Schneider sur La Vie des (...)
28 Décembre 2021
Avoir écrit un manuel encore en usage après un demi-siècle et traduit en plusieurs langues ne constitue sans doute pas une réussite unique en soi ; (...)