[AVENT 2021] Jour 2 - Traité de physiognomonie

Touchez, goûtez, voyez, entendez, quelle sera la surprise classique de la journée ?
Du 1er au 24 décembre, retrouvez chaque jour un extrait des Classiques, à lire et/ou à écouter !

 

SIGNES ANNONCIATEURS

Pour les Anciens, il existait une unité entre le physique et le psychique, le premier révélant le second. C’est par la tête que la lecture commence, car elle est la partie du corps qui révèle l’intelligence et les sentiments. Les yeux sont les plus expressifs. Sourcils, mobilité, enfoncement, couleur, veines plus ou moins visibles, autant de signes qui se combinent et s’étudient. Le rouge synonyme de colère indique un trop-plein de vie.

 

Les gouttelettes rouge sang ou pâles dans des iris noirs, ou mélangées indiquent des criminels et des empoisonneurs ; mais pâles elles indiquent des gens davantage portés aux ruses et à une méchanceté plus dissimulée ; rouge sang, des gens plus audacieux. Pour résumer ces observations, plus les couleurs des gouttelettes sont nettes et manifestes, plus les défauts sont grands.

Les yeux proéminents et sanguinolents dénotent un ivrogne et, s’ils sont bleu clair, un être injuste, stupide, et plus encore que stupide, si sa paupière supérieure est lourde et pesante.

La luminosité n’est pas très bon signe, si elle s’accompagne de scintillement. En effet le scintillement des yeux bleu clair et rouge sang du moins indique la témérité et presque la folie ; celui des yeux gris dénonce une méfiance générale.

Quand les veines du cou et des tempes sont saillantes et les yeux couleur sang, cela montre un esprit irascible et violent, parfois même insensé.

 

Traité de physiognomonie, 27, 32, 35, 79,
C.U.F., Les Belles Lettres,
trad. Jacques André

 

 

 

 

 

 

          


Dernières chroniques

05 Janvier 2022
Suite à la parution de l'ouvrage Bibliothèque idéale des mets et des mots et de l'entretien gourmand avec Catherine Schneider sur La Vie des (...)
28 Décembre 2021
Avoir écrit un manuel encore en usage après un demi-siècle et traduit en plusieurs langues ne constitue sans doute pas une réussite unique en soi ; (...)