Qu'importe le flacon

Amis des Classiques, lisons !

 

Augustin a raconté son étonnement de jeune homme devant saint Ambroise lisant : "Lorsqu'il lisait, ses yeux couraient sur la page du livre mais son esprit s'arrêtait pour en pénétrer l'intelligence, sa langue et sa voix se reposaient..." Au IVe siècle la lecture silencieuse est monstrueuse : on lit encore un peu avec ses oreilles, à haute voix, souvenir du temps pas si lointain où la littérature s'écoutait, lorsque les aèdes la récitaient, par cœur, si bien qu'il n'était pas la peine de l'écrire. Aujourd'hui, nous lisons en silence, toujours avec nos yeux, mais de plus en plus avec nos doigts, balayant le texte sur des écrans et cliquant de-ci delà, de lien en lien, à sauts et à gambades, dans une balade infinie dans l'information foisonnante offerte par la toile.

 

Si ce n'est pas toujours pour le meilleur, ce n'est pas toujours pour le pire. Force est de constater que nos modes de lectures, donc d'écriture et de réflexion sont en train d'évoluer. Le numérique est-il le salut des humanités ? Telle est la question, entre autres, que pose Pierre Chiron dans un article passionnant que nous vous offrons en exclusivité, grâce à la générosité de l'association Guillaume Budé  qui le publiera dans son bulletin prochainement. C'est aussi la preuve par l'exemple que la vie d'un texte n'est pas rivée à son support, même si elle en est tributaire.

 

Sur Vie des Classiques, de la lecture, nous vous en offrons, sur tous les modes, de tous les genres et, nous l'espérons, pour tous les goûts : roman historique, essai d'hier et d'aujourd'hui, littérature contemporaine, anthologies de textes antiques, sans oublier nos chroniques quotidiennes...

 

Amis des Classiques, de la tablette de cire à la tablette tactile, des récitations des aèdes aux lectures publiques et aux audiobooks, la lecture s'adresse aux  sens: elle se regarde, s'écoute, s'effleure, se goûte et nous l'aimons aussi pour ses métamorphoses.

"Aimer est le grand point, qu'importe la maîtresse ? Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse !" Amis des Classiques, lisons !