Poésie Macaronique

Amis des Classiques, aimez-vous les macaronismes ?

Si l’Élysée, île des bienheureux, compte peu d’élus, il est le lieu de toutes les synthèses : par son histoire il réunit la mythologie gréco-latine, le souvenir de l’Ancien régime (il fut donné par Louis XV en cadeau à Mme de Pompadour), et la belle mythologie républicaine, grâce à Bathilde d’Orléans. 

Qui sait ? Cette mythologie servira peut-être de memento au futur occupant en marche vers l’Élysée. Rappelons ici les promesses qui ont été faites, en réponse aux questions posées par la Société des agrégés.  

Célébrons l’arrivée d’un nouvel occupant de l’Élysée, dont le nom nous rappelle aussi qu’il peut rapidement redevenir ce qu’il était dans l’Antiquité, une partie des Enfers, par ces divins vers du grand poète Macrobiotus Ramoli, en langue macaronique, comme il se doit :

 

Questio mihi turbat :

Lingua macronica quod est?

In Molierum textum sequitum persignificativum

sine beryllo lego :

"Quia est in Macro virtus dormitiva

Cujus natura est Gallos assoupire

Et Europeanos facit delirare.

 

Amis des Classiques, aimerons-nous le macaronisme?