Ludum dare - The Legend Of Zelda : Ocarina of Time

The Legend Of Zelda : Ocarina of Time

Genre : Action / Aventure

Console : Nintendo 64 / 3DS

Sortie : 21 novembre 1998 / 16 juin 2011

Dans le petit monde des jeux vidéo, difficile de percer lorsqu’on est un animal. Surtout si on ne parle pas et que notre rôle est juste utilitaire. Pourtant, la jument Epona de la série The Legend of Zelda a su trouver sa place auprès des joueurs comme fidèle acolyte au fil des aventures de Link. Si elle ne sert qu’à parcourir les plaines, elle gagnerait à prendre plus en épaisseur. En piochant dans son background culturel par exemple.

 

Link et Epona parcourant les plaines d’Hyrule

Epona à l’origine était la déesse celte de l’équitation et de la fertilité. Elle était représentée sous la forme d’une jeune femme à dos de jument portant une corne d’abondance. Si elle a réussi à nous parvenir malgré les âges contrairement à d’autres dieux gaulois, c’est parce qu’elle fut intégrée au panthéon des dieux romains avec son propre lieu de culte à Rome ainsi qu’une fête dédiée. A l’instar des dieux grecques récupérés, Epona représentait trop le peuple gaulois aux yeux des romains pour que son rôle ou sa représentation soient changés. Ainsi, les Romains ont fait ce qu’ils font de mieux quand ils veulent intégrer pacifiquement les peuples vaincus sur le long terme : ils s’approprient leur culture et l’intègrent à la leur. Cependant, fait exceptionnel pour une déesse “barbare”, du fait de sa popularité, Epona garda son nom celte. Cela n’empêcha pas le Pseudo-Plutarque Agésilaos de romaniser ses origines dans l’Histoire de l’Italie, Livre III :

« Comme il était misogyne, Fulvius Stellus eut commerce avec une jument, celle-ci, arrivée à son terme, mit au monde une belle petite fille et la nomma Épona ; et c'est elle, la déesse qui prend soin des chevaux »

Au niveau des représentations, Epona épousait plusieurs formes selon le culte et la personne qui l’honorait. Tantôt jument possédant une corne d’abondance, tantôt femme à cheval, la symbolique de la femme et de l’équidé restait un thème courant dans ses représentations, faisant ainsi référence à ses fonctions de protectrice des chevaux mais aussi de mère nourricière et féconde (d’où la corne d’abondance).

Bas-relief représentant Epona et deux poulains (Salonique)

Donc la prochaine fois que vous arpenterez les vastes plaines d’Hyrule, rappelez-vous que ce n’est pas n’importe quel canasson que vous chevauchez mais la représentation d’une déesse celte qui vous honore de sa présence et vous protège dans votre quête.


Dernières chroniques

Le 31 Janvier 2017
Plate-forme : Windows / Mac / PS4 / PS3 / Xbox360 / XboxOne / iOS / Android / PSVita Sortie entre 2013 / 2014   Jeu à épisodes (...)
Le 27 Octobre 2016
Grim Fandango Genre : Point and Click Console : Windows / Mac / PS4 / PSVita 30 octobre 1998 / 27 janvier 2015 (...)