Da Capo — Don Giovanni Gratte-ciel

L’opéra est encore jeune, mais de Monteverdi à Wagner, il a créé son Antiquité. En chantant le mythe et la tragédie, l’art lyrique s’invente et rêve les Anciens.
 

 

Comme la Danse de Carpeaux, à la fois dionysiaque et baroque, l’antique déborde souvent le classicisme, par un éternel saut dans le présent. Comme un air chanté « da capo », la présence des classiques est un retour toujours neuf. On suivra le tempo de ces métamorphoses avec les artistes et les mises en scène d’aujourd’hui, l’écho des sources nous ouvre la voie.

 

Le « premier » Don Juan de Molina (1630) se présentait comme « Un homme sans nom ». Don Giovanni se cache aussi, mais la musique de Mozart découpe sa silhouette à coup sûr, mobile et très noire, entre ciel et brasier. L’opéra attise à lui seul toute la mythologie chrétienne de ce pécheur sans remords.

 

Mais la mise en scène du cinéaste Michael Haneke brise cette lignée métaphysique sur notre modernité. Métamorphosé en self made man, Don Juan tient son « catalogue », la cruelle comptabilité de ses conquêtes, magnifiée dans l’air de Leporello. Criminel en col blanc, le « dissolu » rôde dans la nuit d’un couloir vitré, ou s’exhibe sur fond de gratte-ciel, signe de son hybris : le mot des Anciens nous revient en écho pour qualifier sa démesure profane. Nous retrouvons la transgression tragique dans un monde sans transcendance. Les artistes nous la rendent contemporaine, tranchante jusque dans l’émotion. Seul véritable open space, la musique l’emporte et nous transporte, au-delà des « cadres ».

 

J.T.

 

 

Mozart, Don Giovanni (1787). Mise en scène de Michael Haneke créée en 2006 à l’Opéra Bastille. Dirigé cette année par Alain Altinoglu à l’Opéra national de Paris. Un extrait audiovisuel : Acte I, n°12 — Aria : Finch’han dal vino

 

Jean-Victor Hocquard, Les Opéras de Mozart, Les Belles Lettres-Archimbaud, 1995. 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Si les mots des anciens nous reviennent en écho dans les modernes, parfois les mots des modernes nous reviennent en écho dans les anciens. Ainsi le Chariclès ἱππευ καὶ νυμφίε («cavalier et futur marié») au livre I, 13 du Roman de Leucippé et Clitophon a-t-il pour moi quelque chose de la Butterfly «Rinnegata e felice», et le beau chiasme juste un peu plus loin : Τάφος μέν σοι, τέκνον, ὁ θάλαμος, γάμος δὲ ὁ θάνατος («Le tombeau sera ta chambre nuptial, mon enfant ; ton mariage sera ta fin») sent le Verdi à plein nez...

Dernières chroniques

Le 09 Janvier 2017
            Le jeune Héliogabale est mis sur le trône impérial à quatorze ans par sa mère (...)
Le 26 Septembre 2016
L’opéra est encore jeune, mais de Monteverdi à Wagner, il a créé son Antiquité. En chantant le mythe et la tragédie, l’art lyrique s’invente et rêve (...)